Recherche

Le groupe terroriste créé par Oussama Ben Laden, al-qaïda est principalement caractérisé par son organisation internationale en réseaux.

Le groupe al-qaida, organisation terroriste internationale, défend une vision manichéenne du monde et fait de l’ultra violence un moyen de maintenir un climat de terreur. 

Ben Laden et la naissance d’al qaïda

L'organisation terroriste al qaïda a été créée en 1988 au Pakistan par Oussama Ben Laden et Ayman al-Zawahiri. Le terme al qaïda (« la base » en arabe) fait à la fois référence à la base physique de l’organisation implantée en Afghanistan et à la base de données destinée à recenser les volontaires au djihad.

Al qaïda émerge dans le contexte de la fin de la Première Guerre d’Afghanistan (1979-1989) qui oppose l’URSS aux moudjahidines afghans (combattants du mouvement de libération nationale) qui luttent contre la présence soviétique dans le pays. Alors que les soviétiques se retirent progressivement d’Afghanistan, al qaïda entend mobiliser les combattants du djihad anti-soviétique afin de continuer la lutte et l’orienter vers de nouveaux théâtres du djihad.

Avec l’autorisation du régime des talibans et de son chef, le mollah Omar, Oussama Ben Laden s’installe en Afghanistan et développe des camps d’entraînement militaires pour les combattants d’al qaïda à partir de 1997. Al qaïda se fixe un double objectif : la lutte contre « l’ennemi proche » (les régimes qu’il qualifie d’apostats au Moyen-Orient, au premier rang desquels l’Arabie Saoudite et l’Egypte) et ses soutiens partout dans le monde considérés comme « l’ennemi lointain » (les Etats-Unis et l’Occident). L’ambition d’al qaïda est donc de mener un djihad global.

Les attentats du 11 septembre 2001

Au cours des années 90, al qaïda est à l’origine de plusieurs attentats : attentats simultanés contre les ambassades des Etats-Unis au Kenya et en Tanzanie en août 1998, attaque contre le destroyer américain USS Cole en rade d’Aden en octobre 2000.

Les attentats du 11 septembre 2001 contre le World Trade Center à New York et le Pentagone marquent le point culminant de la stratégie d’internationalisation d’al qaïda, faisant plus de trois mille morts.

Le Président américain George W. Bush décide de conduire une intervention en Afghanistan (2001) puis en Irak (2003). L’intervention des Etats-Unis en Afghanistan entraîne la chute rapide du régime des talibans (octobre 2001) et la destruction des camps d’al qaïda. Ben Laden est contraint à la fuite et trouvera la mort lors d’un assaut mené par les forces spéciales à Abbottabad au Pakistan en 2011.

La mutation d'al qaïda : le développement de groupes locaux

Considérablement affaiblie à la suite de la perte de ses bases en Afghanistan, al qaïda lance un appel à ses partisans pour créer des groupes régionaux visant à soutenir localement le combat. Différentes organisations locales se constituent peu à peu et demandent leur rattachement à al qaïda.

Al qaïda se transforme en une nébuleuse composée des branches suivantes :

  • Al qaïda Central : considérée comme la direction d’al qaïda, ce noyau dur de l’organisation est basé au Waziristan (Pakistan).
  • Al qaïda pour la Péninsule Arabique (AQPA) : fondée en 2009, AQPA est active au Yémen et en Arabie Saoudite. AQPA a revendiqué l'attentat perpétré contre Charlie Hebdo le 7 janvier 2015.
  • Al qaïda au Maghreb Islamique (AQMI) : issue du Groupe Salafiste pour la Prédication et le Combat (GSPC) algérien qui a prêté allégeance à al qaïda en 2006, AQMI est particulièrement active au Sahel.
  • Hayat tahrir al-sham : précédemment dénommé jabhat al-nosra (ou front al-nosra), ce groupe reste considéré comme la branche syrienne d’al qaïda malgré l’annonce d’une rupture concertée entre les deux organisations, en juillet 2016.             
  • Al shabaab : présente en Somalie, cette organisation est rattachée à al qaïda depuis 2012.
  • Al qaïda dans le sous-continent indien (AQSI) : créée en septembre 2014, AQSI témoigne de la volonté d’al qaïda de redynamiser ses réseaux en Asie. AQSI est particulièrement active au Bangladesh.

La concurrence de daech en Irak et en Syrie

À partir de 2004, un groupe lié à al qaïda, connu sous le nom d’al qaïda en Iraq (AQI) se développe, dirigée par Abou Moussab al-Zarqaoui (décédé en 2006). Cette organisation vise les intérêts américains en Irak mais cherche également à polariser la société irakienne entre sunnites et chiites pour plonger le pays dans une guerre civile et exploiter le désarroi des sunnites pour mieux les recruter par la suite. Cette stratégie est désapprouvée par la direction centrale d’al qaïda et Ayman al-Zawahiri, l’actuel chef d’al qaïda.

En 2006, la majorité des combattants d’AQI proclament un Etat islamique en Irak et au Levant (daech), qui échappe au contrôle d’al qaïda Central. Daech se focalise sur la conquête de territoires en Syrie et en Irak afin de mettre en œuvre son projet étatique de fondation d’un califat islamique, proclamé en juin 2014.

Al Qaïda et daech se disputent aujourd’hui le leadership de la mouvance djihadiste internationale

Partager l'article

à lire aussi